Brain Based Safety

Conscience et sécurité

La conscience fait de nous ce que nous sommes le plus en tant qu’êtres humains. C’est tellement naturel pour nous que nous n’y pensons que rarement. Nous pensons le connaître, mais en réalité, nous en savons peu. C’est pourquoi nous élaborons des politiques de sécurité qui ne peuvent pas du tout fonctionner. Il existe un courant qui se concentre sur l’action consciente comme remède aux incidents. Cela semble logique, mais cela néglige les connaissances récentes sur le fonctionnement du cerveau. Ce message traite de ces connaissances et de la manière dont nous pouvons utiliser la conscience pour promouvoir un comportement sécuritaire.

Définition de la conscience : la prise de conscience actuelle de l’existence

Au fil du temps, de nombreuses définitions de la conscience ont été utilisées. Dans ce message, nous optons pour la plus simple : la conscience est la prise de conscience de l’existence. La conscience se manifeste par la perception que l’on pense, que l’on observe, que l’on ressent et que l’on agit. Ainsi, la conscience se distingue de l’activité elle-même. La pensée, l’observation, le ressenti et l’action font partie des activités de notre pilote automatique (inconscient).

Conscience par rapport au pilote automatique

Le cerveau se caractérise par une répartition claire des tâches. Le pilote automatique agit en fonction de modèles appris, tandis que la conscience observe l’action. Le rôle du pilote automatique est de veiller à ce que nos motivations (telles que la préoccupation pour la sécurité et la survie) puissent se manifester dans ce monde. C’est la base du comportement. La conscience peut réfléchir indépendamment des modèles et créer de nouveaux comportements. La conscience joue toujours un rôle lorsque le pilote automatique ne parvient pas à résoudre une situation.

Quel pourcentage de notre comportement est conscient ?

Souvent, on pense que 10 à 20 % de tout comportement provient de la conscience. Si l’on fait une estimation en portant des lunettes vertes, on pourrait penser que le monde est vert. En réalité, ce pourcentage est bien plus bas. La conscience ne contribue pas à plus de 1 % du comportement. En d’autres termes, plus de 99 % de tout comportement résulte de l’action de l’inconscient, du pilote automatique. L’idée selon laquelle l’homme est un être agissant consciemment est donc incorrecte.

Exemple : conduire une voiture

Vous avez certainement déjà vécu cela : vous conduisez en voiture chez vous et, une fois arrivé, vous pensez soudainement « tiens, je suis déjà là ». Vous n’avez aucun souvenir de la dernière partie du trajet. Vous avez peut-être perdu un quart d’heure de votre vie sans vous en rendre compte. Votre pilote automatique a conduit de manière totalement autonome, sans l’intervention de la conscience. Nous pouvons en conclure que même dans des situations complexes et dangereuses, le pilote automatique peut agir en toute sécurité.

Une nouvelle prise de conscience ne conduit pas automatiquement à un changement de comportement Une nouvelle prise de conscience peut rapidement conduire à d’autres nouvelles prises de conscience. Cependant, en ce qui concerne le comportement, c’est différent. Le comportement est ancré dans des schémas inconscients. Si nous voulons changer notre comportement, nous devons reconstruire ces schémas. Pensez à une habitude bien ancrée qui nécessite un changement. C’est assez difficile à faire. Comme la conscience ne contrôle qu’une partie limitée du comportement, le pilote automatique reprend rapidement le dessus et continue d’appliquer son ancien programme. Une nouvelle prise de conscience ne conduit donc que rarement à un nouveau comportement spontanément. Cela nécessite beaucoup de pratique. C’est pourquoi nous retombons constamment dans nos anciennes habitudes.

Exemple : introduire la protection auditive

Imaginons qu’un atelier utilise des casques, mais pas de protection auditive. Avec l’arrivée de nouvelles machines, le niveau sonore augmente. Par conséquent, il est désormais nécessaire de porter des bouchons d’oreilles dès l’entrée dans l’atelier. Cette nouvelle règle est expliquée lors d’une réunion de travail. L’idée sous-jacente est que la nouvelle connaissance conduira à de nouveaux comportements. En pratique, on constatera ensuite que presque tout le monde entre dans l’atelier sans protection auditive. La direction interprète souvent cela comme une forme de désobéissance qui ne peut être corrigée que par des sanctions. En réalité, la conscience n’est pas suffisamment forte pour avertir à la porte de l’atelier que de nouveaux comportements sont nécessaires. Le pilote automatique continue à diriger le comportement selon le programme précédent et ne change que par la formation et les commentaires répétés.

La conscience n’a pas de base physique dans le cerveau

Une particularité de la conscience est qu’elle n’a pas de base physique dans le cerveau, contrairement au pilote automatique. Elle n’est pas visible sur une IRM. La conscience résulte probablement de l’interaction de différentes régions cérébrales. Pour fonctionner, la conscience doit donc emprunter de la capacité au pilote automatique. Par exemple, lorsque la conscience veut se représenter quelque chose, elle utilise les parties visuelles du cerveau. Cela peut entraîner des problèmes, en particulier lorsque le pilote automatique est également occupé par des tâches qui utilisent ces mêmes régions cérébrales. Cela crée une concurrence pour l’utilisation de cette région du cerveau et la qualité des tâches diminue. Agir consciemment n’est donc pas toujours positif. Cela peut perturber une tâche automatisée. Cela peut entraîner des risques pour la sécurité. L’idée selon laquelle agir consciemment est plus sûr n’est donc pas correcte. Un comportement bien automatisé est plus sûr.

Multitâche ?

Pouvons-nous alors faire du multitâche ? Oui, tant que toutes les tâches peuvent être effectuées par le pilote automatique. Par exemple, nous pouvons nous coiffer et manger sans problème tout en conduisant en écoutant de la musique en arrière-plan. Cependant, dès que nous ajoutons une tâche consciente, cela change la donne. Tout dépend des parties du cerveau que la conscience emprunte au pilote automatique.

Un exemple : téléphoner en conduisant

Téléphoner en voiture (il n’y a d’ailleurs aucune différence entre téléphoner en mode mains libres ou en tenant le téléphone, mais passons) demande que nous nous représentions la personne à l’autre bout de la ligne. La conscience utilise une partie de la capacité visuelle existante à cette fin. Si nous faisons en sorte qu’une personne utilise un simulateur de conduite tout en téléphonant, il est évident que les appelants ont beaucoup plus de difficulté à percevoir les informations visuelles. Par exemple, les cyclistes à la périphérie du champ de vision (sur la piste cyclable) ne sont pas remarqués. De plus, moins de rétroaction sur leur propre conduite est traitée. Il n’est donc pas étonnant que les téléphones portables entraînent au moins 100 décès et 20 000 blessés graves par an aux Pays-Bas. Téléphoner en conduisant perturbe la conduite en toute sécurité du pilote automatique. Cette perturbation est comparable à la consommation de quatre verres d’alcool.

Une chose à la fois

Une particularité de la conscience est qu’elle est indivisible, elle ne peut se concentrer que sur une chose à la fois. Lorsque nous exécutons deux tâches conscientes en même temps, nous passons rapidement de l’une à l’autre. Pour des tâches conscientes complexes (par exemple, interpréter les informations d’un tableau de bord et avoir une conversation), il faut charger constamment la mémoire de travail avec des informations pertinentes pour ces tâches changeantes. Cela prend du temps et de l’énergie. La qualité et la sécurité de l’exécution en souffrent visiblement. Une mauvaise organisation des tâches augmente le risque pour la sécurité.

Travailler de manière plus consciente !

Le slogan « nous devons travailler de manière plus consciente » peut sembler bien, mais ce n’est tout simplement pas possible. Si nous devions tout faire consciemment, nous serions totalement paralysés. La conscience ne peut gérer qu’une tâche à la fois, tout le reste doit être géré par le pilote automatique. Cependant, nous pouvons veiller à ce qu’il n’y ait pas de distractions inutiles. De plus, nous pouvons donner des instructions au pilote automatique pour qu’il puisse gérer les tâches correctement. Cela signifie renforcer la détection des risques et acquérir les compétences nécessaires pour gérer correctement les risques.

En savoir plus ?

Certains éléments de cet article sont décrits plus en détail dans le livre « Veilig Werkgedrag » (Comportement de travail sécurisé) par Brain Based Safety. Pour les personnes vraiment intéressées, la formation ouverte débutera bientôt. En quatre jours, vous serez initié à l’essence de cette philosophie.

Juni Daalmans

Janvier 2018

 

Cet article a été traduit par Chat GPT.

Blok56 - Webdesign & Grafisch ontwerp ×

Blok56, één ontwerpburo voor uw complete visuele communicatie. Het ontwerp van uw logo tot complete huisstijl, (product)fotografie, virtuele tours en natuurlijk uw website of webshop.

Ook zin om een project te starten? Neem contact met ons op, dan gaan we bouwen aan uw merk!

Contactinformatie

Emmasingel 56, 6001 BD Weert

Ontwerpburo: Blok56.nl
Email: info@blok56.nl
Telefoon: +31 (0) 495 623 646
Retour en haut